Conséquences économiques

Point de situation sur les hôtels: comment vont-ils s’en sortir ?

Le premier cas de coronavirus en Suisse a été diagnostiqué au Tessin en février, le virus s’est ensuite vite propagé en Suisse. Le Conseil fédéral a alors pris les mesures nécessaires pour protéger la population en fermant les écoles, les restaurants et les magasins. L’hôtellerie n’a pas été incluse dans ces fermetures mais si les hôtels souhaitaient rester ouverts, ils devaient respecter les mesures sanitaires imposées par l’OFSP.

Fermeture des hôtels

D’après un article de gastrosuisse.ch, les hôtels restés ouverts devaient mettre à disposition du désinfectant pour que toutes les personnes présentes puissent se nettoyer les mains régulièrement. Différents groupes de clients devaient être organisés pour que les touristes ne se croisent pas. Les distances de sécurité devaient également être respectées. Les surfaces et les objets devaient être nettoyés à un rythme régulier et de manière adéquate après leur utilisation en particulier si plusieurs personnes entraient en contact avec eux. Les personnes vulnérables bénéficiaient d’une protection supplémentaire. Les personnes malades étaient renvoyées chez elles et suivaient les consignes d’auto-isolement de l’OFSP.

L’hôtel Novotel et l’Ibis Budget de Crissier figurent parmi les rares établissements qui sont encore ouverts. Son directeur Franck Fleury explique “un hôtel vide coûte de l’argent dans la mesure où beaucoup de contrats sont pris annuellement avec les fournisseurs. Fermer ne vaudrait la peine que si le taux d’occupation recule en deçà de 5%. Ce n’était pas le cas en mars pour ces deux établissements, nous sommes donc restés ouverts“.

Pourtant l’hôtel Schweizerhof à Lucerne a lui fermé ses portes. Cela n’a pas de sens de rester ouvert pour une poignée de clients. En fermant, nous pouvons réduire les coûts de manière ciblée et coordonnée, explique Clemens Hunziker.

Une vague d’annulations

Énormément de touristes décident d’annuler leur réservation dans les hôtels à cause du COVID-19. Ces derniers doivent donc rembourser ces annulations. Chaque cas a été évalué de façon individuelle. Heureusement pour les hôtels, certains touristes ont décidé de reporter leur séjour plutôt que de l’annuler. Même si les hôtels n’ont pas l’obligation de rembourser les annulations, beaucoup l’ont fait et les pertes ont été énormes.

Chute de réservations

Un autre problèmes affronté par les hôtels est la chute du nombre de réservations. Le COVID-19 s’est propagé dans le monde entier et a fait déjà beaucoup de victimes, ce qui ne rassure pas les gens. Beaucoup de voyageurs ne veulent plus voyager parce qu’ils ont peur.

Les réservations ont chuté dès la mi- janvier. La plupart des touristes en Suisse étant de la clientèle asiatique, très peu de réservation sont prévues. L’hôtellerie suisse doit changer alors son fusil d’épaule et trouver des nouveaux clients.

Selon Daniel Twerenbold, responsable des cinq hôtels Radisson en Suisse, d’ici à ce que les visiteurs étrangers reviennent, nous serons en automne.

Risques de faillites

Cette succession de difficultés depuis que le COVID- 19 est apparue a placé l’hôtellerie dans une crise. C’est le domaine qui risque le plus de voir des établissements faire faillite.

D’après l’article de Tva-suisse.ch, la probabilité de faillite est estimé à 19% en moyenne. Le Tessin est à 29%, Vaud 28%, Genève et Zurich 24%.

Chaque hôtel de l’échantillon de l’article paru sur www.tourobs.ch/fr perd entre 260’000 et 280’000 francs par mois, soit environ trois quarts de million de francs pour toute la période. 

La plupart des hôtels n’ont pas une assurance qui prend en compte la crise suite au COVID-19 mais seulement pour les cas d’incendie, de fermeture et autres. 

Les hôtels s’attendent à ce que le coronavirus pèse sur le chiffre d’affaires annuel à hauteur de 30 à 40%.

Comment peut-on aider l’hôtellerie ?

Pour aider l’hôtellerie suisse et l’économie du pays, il faudrait que pendant les vacances d’été cette année, les Suisses décident de passer leur vacances dans le pays et réservent des nuits dans les hôtels suisses.

Bibliographie

Hôtelleries et restauration  Dommages-intérêts pour annulations et dégâts ( 11.12.18 ) TVA-suisse. En ligne : https://www.tva-suisse.ch/actu-tva/actu-tva-décembre-2018-no-17/hôtellerie-et-restauration-dommages-intérêts-pour-annulations-et-dégâts

L’hôtelleries touchée de plein fouet par le coronavirus ( 09.04.20 ) TdG ( tribune de Genève ). En ligne : https://www.tdg.ch/economie/hotellerie-touchee-plein-fouet-coronavirus/story/28350644

L’hôtellerie touchée de plein fouet par le coronavirus ( 10.06.20 )

lfm LA RADIO. En ligne : https://www.lfm.ch/actualite/suisse/lhotellerie-touchee-de-plein-fouet-par-le-coronavirus/

Le tourisme suisse durement touché par le coronavirus ( 09.04.20 )

AGEFI. En ligne : https://www.agefi.com/home/entreprises/detail/edition/online/article/dapres-linstitut-bak-economics-lhebergement-est-encore-plus-touche–256-que-la-restauration–186-par-les-consequences-economiques-et-sanitaires-du-covid-19-495580.html

L’hôtellerie touchée de plein fouet par le coronavirus ( 09.04.20 )

smartmile. En ligne: https://smartmile.ch/lhotellerie-touchee-de-plein-fouet-par-le-coronavirus/

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.