Conséquences sociales

Violences conjugales: la pandémie profite-t-elle aux conjoints violents?

Pendant le Covid-19, les services d’appels d’urgence en Suisse ont augmenté de 60%. En effet, des appels de femmes victimes de violences conjugales ont énormément augmenté.

La situation pendant le confinement

Les signalements de cas de violences sont en hausse dans presque tous les pays. L’agence des Nations Unies chargée de la santé sexuelle et reproductive (UNFPA) a estimé que 31 millions de cas supplémentaires de violences familiales seraient à déplorer dans le monde si le confinement se poursuivait encore six mois.

Nous disons aux gens de rester chez eux, mais les femmes victimes de violences n’ont pas d’endroit pour contacter les centres d’appels.

Pourquoi cela se passe-t-il?

Lorsque nous sommes 24h/24 avec une personne violente, cela représente un danger supplémentaire. Le fait d’être toute la journée avec la même personne peut nous faire dire ou faire des choses assez violentes car nous ne sommes pas d’accord avec ce que notre compagnon dit ou fait. Cela peut se manifester par un manque de communication.

La victime des violences

La victime se sent inquiète, menacée et elle tente d’améliorer le climat. Lorsqu’il y a une explosion dans le couple, l’auteur perd le contrôle et la violence peut se manifester de différentes manières. La victime quand à elle, se sent piégée, terrifiée et impuissante, a sans cesse peur que la violence reprenne et craint pour sa vie et celle de ses enfants.

L’auteur des violences

L’auteur des violences a de la peine à s’exprimer, il accumule mécontentement et frustration et il adopte un comportement menaçant ou violent.

Comment faire?

Si vous êtes victimes de violences physique ou morale, il ne faut pas attendre pour agir pour que cela cesse. Nous vous laissons plusieurs contacts en-dessous de cet article pour que vous puissiez les contacter en cas de violences physique ou morale.

Police: appeler le 117

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.