Conséquences sociales

Quelles sont les conséquences émotionnelles du confinement sur les sportifs?

Le COVID-19 a fait énormément de ravages, et notamment dans le domaine sportif. Durant le confinement, les sportifs n’ont pas pu pratiquer leur sport. Par conséquent, beaucoup de sportifs sont tombés en dépression ou ont subit la déprime.

Coup dur pour les sportifs

Le tennis

Le joueur de tennis Guido Pella pour cause de COVID-19 il a un ressentis de déprime.

Témoignage de Pella:  » Je ne sais pas si cette pandémie marquera la fin de ma carrière »

Selon Sport365 d’un point de vue personnel, le joueur argentin reconnaît qu’il est très loin de son meilleur niveau et qu’il hésite même à poursuivre sa carrière.

« Je n’ai pas touché à une raquette depuis trois mois », admet-il. C’est comme si je n’avais jamais joué. Je suis très critique envers ma performance et je ne sais pas si je vais retourner là où j’étais. En ce moment, tout est incertain. J’ai peur de revenir. Je ne sais pas si cette pandémie marquera la fin de ma carrière qui me fait déprimer et peur d’un côté. Ou peut-être que je vais revenir et m’adapter, mais l’incertitude est si grande que je ne veux pas donner de pronostic. Je vais y aller lentement: au lieu de faire six séries d’abdos j’en ferai deux, au lieu de m’entraîner quatre heures, j’en ferai une. Je reviendrai petit à petit en ajustant les charges.  » 

Sport365
Illustration de la mort qui joue au tennis avec le COVID-19.

Le football

Du côté du football, plus d’un joueur sur dix déclare avoir eu des symptômes de dépression depuis la fin de la compétition en raison de la pandémie de coronavirus. (La Liberté, 20.04.2020) 

Selon les résultats d’un sondage, « 22% des joueuses et 13% des joueurs ont fait état de symptômes compatibles avec le diagnostic d’une dépression ». Un état d’anxiété a été par ailleurs signalé par 18% des joueuses et 16% des joueurs interrogés. « Le pourcentage de joueurs signalant des symptômes était significativement plus élevé parmi ceux inquiets pour leur avenir dans l’industrie du football» (La Liberté, 20.04.2020) note le syndicat mondial des joueurs, qui a mené le sondage avec l’hôpital universitaire d’Amsterdam.

Les grands championnats de football sont tous fermés depuis la première quinzaine de mars. Sur les 164 000 décès dans le monde liés à la COVID-19, près des deux tiers se sont produits en Europe. Pour Fifpro(La Fédération internationale des associations de footballeurs professionnels), le souci de la santé mentale des joueurs ne doit pas être utilisé comme argument pour une reprise des compétitions dans les meilleurs délais.(La Liberté, 20.04.2020) 

 « Si nous mettions la pression sur les joueurs afin de les faire revenir dans un environnement où ils pourraient sentir que leur sécurité est mise en danger, cela augmenterait plutôt leur anxiété et leur inquiétude » a répondu Jonas Baer-Hoffmann, le secrétaire général de Fifpro, lors d’une conférence de presse téléphonique.

Illustration d’un ballon de football avec le COVID-19.

Pour terminer, on ne pense pas assez au conséquence émotionnel du confinement sur les sportifs qui en ont beaucoup souffert par peur de perdre leur carrière ou d’être mis en pression dès la reprise des entrainements.

Deirdre Stevens & Noémie Chevalley

Bibliographie

Aurélie Sacchell (2020, 7 juin). Tennis – ATP : déprimé par le coronavirus, Guido Pella pourrait arrêter. sport365.fr (blog). Repéré à: https://www.sport365.fr/tennis-atp-deprime-coronavirus-guido-pella-pourrait-arreter-9775544.html

Plus d’un footballeur sur dix se dit déprimé. (2020, 20 avril). La Liberté. Fribourg, Suisse. Repéré à: https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/plus-d-un-footballeur-sur-dix-se-dit-deprime/561097

Images

https://www.politico.eu/interactive/world-cartoonists-on-this-weeks-events-coronavirus-covid-19-cartoons/

https://passed.fr/actu/quand-le-coronavirus-attaque-le-football/

Un commentaire

Répondre à baptduru Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *