Conséquences environnementales

Animaux: Que se passe-t-il dans les villes désertées?

Face aux restrictions de la pandémie du Covid-19, les humains confinés ont laissé place aux animaux sauvages dans les rues des villes désertes. Partout dans le monde, animaux de toutes espèces ont trouvé refuge dans différentes métropoles.

Pourquoi reviennent-ils?

A cause de la baisse de présence humaine dans les villes, les animaux profitent de la tranquillité pour y séjourner. “Ils changent très vite leur comportement, quand un espace est tranquille, ils y vont“, explique Romain Juillard, directeur de recherche au Muséum national d’Histoire Naturelle, à Paris. Avec la diminution du trafic motorisé et maritime, nous avons aperçu des espèces que nous n’avons pas vues depuis de nombreuses années, explique le directeur. Les animaux qui étaient habituellement nourris par les touristes, comme les cerfs sur l’île japonaise de Honshu, se retrouvent dans les milieux urbains pour trouver de la nourriture note le New York Times.

« Les animaux dépollués des humains »

Avec les restrictions, les gens ne sortent plus ce qui rend les villes calmes et les animaux qui se baladent dans les métropoles profitent d’une vie moins bruyante. « Les animaux sont dépollués du bruit humain », cite Jérôme Sueur, spécialiste de l’acoustique au Muséum national d’Histoire Naturelle. Le confinement a eu lieu en pleine période de reproduction, les différentes espèces ont pu se reproduire en toute tranquillité dans les espace verts. «Les oiseaux s’arrêtent de chanter quand il y a du bruit. A présent, ils arrêtent de s’arrêter », explique le chercheur. Pendant la quarantaine, non loin de Marseille, le gouvernement a décidé de fermer certains espaces verts aux publics pour que les animaux puissent en profiter, annonce Didier Réault.

Où sont les humains?

Les animaux qui étaient nourris par les touristes ou les passants vont dans les villes pour chercher de la nourriture, ce qui peut être un problème puisqu’il y a encore de la circulation même pendant cette pandémie. Un autre problème avec le manque de nourriture est l’agressivité des animaux: en Thaïlande, de nombreux singes ont quitté les zones touristiques et se sont rassemblés en plein centre-ville, provoquant ainsi des scènes surréalistes. En effet, certains individus se sont mis à se battre pour ce qui semblait être un pot de yoghourt, selon un article du quotidien le Nouvelliste (21/03/20).

Apparitions dans les villes

Partout dans le monde, différentes espèces d’animaux sont apparus dans plusieurs villes.  Par exemple, dans le port de Cagliari, en Italie, des dauphins ont été aperçus alors que ces derniers avaient déserté depuis longtemps la zone à cause du trafic maritime. Aux Pays de Galles, des chèvres ont été filmées par une journaliste alors qu’elles trottinaient dans les rue de Llandudno. Des sangliers ont été aperçus à Barcelone pendant qu’ils se baladaient dans les rue de la ville. Et si on change de continent, un puma a été aperçu au Chili dans la ville de Santiago. A Central Park, une buse a été prise en photo par le journaliste Mike Segar-Reuters en train de  déguster un pigeon. Elle a profité que le parc soit presque désert pour manger tranquillement.

https://www.rts.ch/info/monde/11203624-quand-l-humain-n-est-pas-la-la-nature-danse-mais-compte-aussi-des-perdants.html

Comment va se passer le déconfinement?

Dès le déconfinement, les gens ressortiront et vont retourner travailler. Les animaux vont devoir faire face au stress du bruit et de la circulation. Il y aura un risque d’accident routier dans les villes et surtout, vu que le confinement s’est passé en période de reproduction, les bêtes seront portantes ou déjà avec leurs petits ce qui pourrait mettre leur vie en danger. « Des oiseaux qui auraient niché dans des cours d’écoles se trouveraient dérangés. Le répit sera de courte durée » avertit Jean-Noël Rieffel.

Bibliographie 

Quand l’humain n’est pas là, la nature danse, mais compte aussi des perdants, (2020, 28 mars). rts {en ligne}. Berne, Suisse. Repéré à: https://www.rts.ch/info/monde/11203624-quand-l-humain-n-est-pas-la-la-nature-danse-mais-compte-aussi-des-perdants.html

Déconfinement: appels à protéger les animaux quo se sont réappropriés les espaces naturels. (2020, 11 mai). Novethic {en ligne}. Paris, France. Repéré à: https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/deconfinement-appels-a-proteger-les-animaux-qui-se-sont-reappropries-les-espaces-naturels-148533.html

Farbe, M. (2020, 3 avril). Singes, cerfs, dindes… avec les coronavirus, les animaux sauvages s’aventurent en villes. Novethic {en ligne}. Paris, France. Repéré à: https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/singes-cerfs-dindes-avec-le-coronavirus-les-animaux-sauvages-envahissent-les-villes-148367.html

Coronavirus: les humains sont confinés, les animaux respirent. (2020, 28 mars) Le Nouvelliste {en ligne}. Sion, Suisse. Repéré à: https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-les-humains-sont-confines-les-animaux-respirent-924144

Coronavirus: les villes se vident et les animaux prennent possession des lieux. (2020, 24 mars). Le Nouvelliste. {en ligne}. Sion, Suisse. Repéré à: https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-les-villes-se-vident-et-les-animaux-prennent-possession-des-lieux-922761

Canards, oiseaux, dauphins, sangliers… Ces animaux qui profitent de l’absence d’humains en ville. (2020, 29 mars). Le progrès. {en ligne}. France. Repéré à: https://www.leprogres.fr/france-monde/2020/03/29/canards-oiseaux-dauphins-sangliers-ces-animaux-qui-profitent-de-l-absence-d-humains-en-ville

Gurdjian, C. (2020, 19 mars) Coronavirus : des animaux sauvages en danger à cause de l’absence des touristes ? Géo {en ligne}. Fribourg, suisse. Repéré à: https://www.geo.fr/environnement/coronavirus-des-animaux-sauvages-en-danger-a-cause-labsence-des-touristes-200265

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.